Lumen Gentium, Constitution dogmatique sur l’Église

Nom de travail, De Ecclesia. Il inclut en son dernier chapitre, le texte sur la Vierge Marie qui a porté le nom de De Beata.

La Constitution sur l’Église est promulguée fin 1964, à l’issue de la troisième session du Concile. Le texte issu des travaux préparatoires ayant été totalement repoussé, la Commission doctrinale a composé un nouveau texte.

Il est composé de 8 chapitres comprenant 69 paragraphes.

1- le mystère de l’Église

2- le peuple de Dieu

3- la constitution hiérarchique de l’Église et spécialement l’épiscopat

4- les laïcs

5- l’appel universel à la sainteté dans l’Église

6- les religieux

7- le caractère eschatologique de l’Église en marche et son union avec l’Église du ciel.

8- la Bienheureuse Vierge Marie Mère de Dieu dans le mystère du Christ et de l’Église.

 

La Constitution sur l’Église rompt avec une vision institutionnelle et juridique et s’applique à aborder l’Église dans la perspective de sa mission. L’Église y est décrite dès les premières lignes du premier chapitre comme « sacrement, c’est-à-dire à la fois le signe et le moyen de l’union intime avec Dieu et de l’unité de tout le genre humain ». Dans ce même chapitre, le paragraphe 6 explore les diverses images bibliques qui s’appliquent à l’Église : bercail, terrain de culture, construction de Dieu, temple saint, Jérusalem d’en-haut, fiancée ou épouse du Christ, avant de s’arrêter longuement sur l’image du Corps dont le Christ est la tête.

Le deuxième chapitre, intitulé « le peuple de Dieu » est de forte inspiration biblique. C’est dans ce chapitre qu’est remis en lumière le sacerdoce des baptisés. Le peuple de Dieu est un peuple sacerdotal (un peuple de prêtres), peuple conduit par des ministres, qui « dans le rôle du Christ, offre le sacrifice au nom du peuple tout entier ».

Cependant, même si ces deux chapitres sonnent dans le choix des termes et des tournures de façon très neuve, c’est le troisième chapitre qui a donné lieu aux débats les plus acharnés. Il s’agissait d’achever le travail entamé par le concile de Vatican I. Ce concile avait principalement traité du pape et de son autorité, de sa juridiction, de son infaillibilité mais n’avait rien dit des évêques. Il y avait un équilibre à retrouver. L’épiscopat est-il un sacrement, en quoi les évêques sont-ils les successeurs et héritiers des apôtres, y a-t-il eu un collège des Apôtres, y a-t-il un collège des évêques ? Quelle est la situation de Pierre au milieu des Douze, du pape au milieu des évêques ? Toutes ces questions rassemblées sous le nom de « collégialité épiscopale » sont traitées dans les paragraphes 18 à 27.

Le dernier chapitre sur la Vierge Marie a été lui aussi très disputé, il s’agissait principalement de savoir s’il fallait traiter de Marie dans un texte à part ou l’inclure dans le chapitre sur l’Église. C’est ce dernier choix qui finalement a été retenu.

Quelques citations significatives :

1- « L’Église étant, dans le Christ, en quelque sorte le sacrement, c’est-à-dire à la fois le signe et le moyen de l’union intime avec Dieu et de l’unité de tout le genre humain, elle se propose de mettre dans une plus vive lumière, pour ses fidèles et pour le monde entier, en se rattachant à l’enseignement des précédents Conciles, sa propre nature et sa mission universelle. »

9- le bon vouloir de Dieu a été que les hommes ne reçoivent pas la sanctification et le salut séparément, hors de tout lien mutuel ; il a voulu en faire un peuple qui le connaîtrait selon la vérité et le servirait dans la sainteté. C’est pourquoi il s’est choisi Israël pour être son peuple avec qui il a fait alliance et qu’il a progressivement instruit, se manifestant, lui-même et son dessein, dans l’histoire de ce peuple et se l’attachant dans la sainteté. Tout cela cependant n’était que pour préparer et figurer l’Alliance Nouvelle et parfaite qui serait conclue dans le Christ. […] Cette alliance nouvelle, le Christ l’a instituée : c’est la Nouvelle Alliance dans son sang (cf. 1 Co 11, 25), il appelle la foule des hommes de parmi les Juifs et de parmi les Gentils, pour former un tout selon la chair mais dans l’Esprit et devenir le nouveau Peuple de Dieu. Ceux, en effet, qui croient au Christ, qui sont « re-nés » non d’un germe corruptible mais du germe incorruptible qui est la parole du Dieu vivant (cf. 1 P 1, 23), non de la chair, mais de l’eau et de l’Esprit Saint (cf. Jn 3, 5-6), ceux-là constituent finalement « une race élue, un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple que Dieu s’est acquis, ceux qui autrefois n’étaient pas un peuple étant maintenant le Peuple de Dieu » (1 P 2, 9-10).

13- À faire partie du Peuple de Dieu, tous les hommes sont appelés. C’est pourquoi ce peuple, demeurant uni et unique, est destiné à se dilater aux dimensions de l’univers entier et à toute la suite des siècles pour que s’accomplisse ce que s’est proposé la volonté de Dieu créant à l’origine la nature humaine dans l’unité, et décidant de rassembler enfin dans l’unité ses fils dispersés (cf. Jn 11, 52).

22- De même que saint Pierre et les autres Apôtres constituent, de par l’institution du Seigneur, un seul collège apostolique, semblablement le Pontife romain, successeur de Pierre et les évêques successeurs des Apôtres, forment entre eux un tout.

Les points de débats principaux : L’Église comme Sacrement, le peuple de Dieu, tout ce qui a trait à la collégialité épiscopale, l’appel à la sainteté réservé à ceux qui choisissent la vie religieuse ou vocation pour tous, et sur la Vierge Marie, l’usage du terme « médiatrice », qui a finalement été repoussé.

Les scrutins :

  Votants Placet Non Placet Nuls
Vote d’ensemble 2 145 2 134 10 1
Vote de promulgation 2 156 2 151 5 0

 

Advertisements

Poster un commentaire

Classé dans les textes du Concile.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s